AccueilPortailFacebookBlogS'enregistrerConnexion
Amaz'SimsAndCo
Voulez-vous vous connecter maintenant ?



Partagez|
 

[Défi clos] Défi écriture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Quel est le meilleur texte ?
Bleuazur
29%
 29% [ 5 ]
Isisaur
29%
 29% [ 5 ]
Margaux
6%
 6% [ 1 ]
Fluffy-Pompom
18%
 18% [ 3 ]
Kayweel
12%
 12% [ 2 ]
IE Jour Vert
6%
 6% [ 1 ]
Simon
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 17
 

avatar

LadySquirrel
Folle noisette
Féminin
Messages : 50936
Age : 24
Localisation : Sur une plage de sable fin... ou pas.
Dim 5 Mai 2013 - 18:52MessageSujet: [Défi clos] Défi écriture                      

Rappel du premier message :



La magie des mots est inépuisable : ils peuvent nous raconter de belles histoires d'amour, nous embarquer dans l'un des combats épiques de princes valeureux contre de féroces dragons, nous faire trembler d’angoisse...(mon Dieu, que cette accroche est gniangnian)

Objectifs du défi :

Mais concrètement, à quoi va ressembler ce défi ? Il faut d'abord savoir qu'à chaque édition, les contraintes ne seront pas les mêmes : nous pourrons décider de vous imposer un thème, un style littéraire, un début de récit ou même une image choisie par l'équipe avec laquelle vous devrez bâtir une histoire. Nous souhaitons laisser les mêmes chances à tous les membres et c'est pourquoi il ne vous sera jamais demandé de fournir une image pour accompagner vos récits, cela est même interdit.
Ce défi est avant tout mis en place pour vous permettre de vous améliorer mais aussi de vous amuser.

Allez, à vos stylos !

Une petite note tout de même :
Ce nouveau défi offre de multiples possibilités et nous comptons les exploiter au maximum. Cependant, cette animation est encore jeune, elle pourra toujours être améliorée si vous prenez le temps de nous donner votre avis.

Règles générales et déroulement :

-Vos récits doivent être postés dans ce sujet. Avant d'envoyer votre participation finale, vous pourrez poster votre texte dans votre galerie afin de solliciter l'avis des autres membres-
- Comme pour tous les défis, aucun délai ne sera fixé. Dès que 5 participations auront été postées dans ce sujet (hors réservation), un vote sera mis en place pour choisir le meilleur récit avant de lancer le défi suivant-
-Les attentes et contraintes différeront selon le défi proposé-
-Il est interdit d'accompagner vos textes d'images. Cependant, certains défis se baseront sur une image donnée (et imposée) provenant des Sims. Si vous souhaitez proposer une de vos images, nous vous invitons à les envoyer à l'une des animatrices par MP-

Récapitulatifs des défis effectués :

Défi n°1 - Défi n°2 - Défi n°3 - Défi n°4 - Défi n°5

____________________________
Je suis géniale et Moshine est mon esclave:
 




Dernière édition par LadySquirrel le Lun 1 Juil 2013 - 13:04, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
       

avatar

Caroline
Admin espiègle
Féminin
Messages : 64908
Age : 34
Localisation : Dans un verre de bordeaux
Ven 28 Juin 2013 - 22:28MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      


C'est le moment de clôturer ce défi, bravo à IE Jour Vert qui remporte la victoire   !
Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

Bleuazur
Piment doux
Féminin
Messages : 14579
Localisation : Ailleurs ^^
Sam 29 Juin 2013 - 0:19MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      

Mince j'ai pas voté, je croyais que c'était jusqu'à dimanche soir.
Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

Evliz
Doigts de fée
Féminin
Messages : 1777
Age : 18
Localisation : Suisse
Sam 29 Juin 2013 - 11:35MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      

Bravo Jour Vert ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

Rapsplestiltskin
Auteure dyslexique
Féminin
Messages : 2017
Age : 17
Localisation : Dans ma tanière qui sent bon les bisounours.
Sam 29 Juin 2013 - 11:45MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      

Pas vu les votes ici non plus x)  Bravo Jour Vert !
Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

Alexane'
Pilier inconditionnel
Féminin
Messages : 409
Age : 23
Sam 29 Juin 2013 - 13:11MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      

Bravo IE Jour Vert ! Tu l'as vraiment mérité Smile
Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

LadySquirrel
Folle noisette
Féminin
Messages : 50936
Age : 24
Localisation : Sur une plage de sable fin... ou pas.
Lun 1 Juil 2013 - 13:02MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      



Défi n°5: Et...

Pour ce cinquième défi, ce n'est pas un thème ni des mots que nous vous imposerons... Mais un début d'histoire. En effet, vous devrez faire preuve d'imagination pour nous raconter la suite de ce texte ! Mais ne vous inquiétez pas, beaucoup de possibilités s'offrent à vous. Prêts à découvrir l'objet de délit ? C'est parti !

"Dans des contrées lointaines vivait un homme. Tout le monde connaissait son nom et beaucoup de choses se racontaient sur sa personne. On le disait beau comme un Dieu, laid comme une bête, certains le voyaient comme un génie et d'autres comme un fou aux pouvoirs destructeurs, on en parlait comme le défenseur de la veuve et l'orphelin, d'autres disaient que ses mains étaient couvertes de sang... Mais quel est donc la vérité ? Et bien, je vais vous la conter..."

Règles:

- Votre texte peut adopter n'importe quel style littéraire -
- Aucune image ne doit accompagner votre texte -
- Il doit y avoir un lien entre ce prologue et votre texte -
- Pas de limite en ce qui concerne la longueur de votre participation. Mais si votre texte est assez long, postez-le plutôt sous spoiler. De plus, si votre récit ne convient pas à tout public, mentionnez-le -
- Pas de délai. Sauf réservations, les votes seront lancés après 5 participations -

Participations:

Bleuazur :

Spoiler:
 

Isisaur :

Spoiler:
 
 
C’est une bien triste histoire, en vérité. Tout commence il y a une trentaine d’années. L’individu était alors un jeune homme à qui tout souriait. Hollinder – c’est ainsi que ses parents le nommèrent – était à peine sorti de l’enfance, dix-sept printemps tout juste. Les filles étaient subjuguées par sa musculature développée et son air de tendre angelot. Il avait du succès mais n’avait jamais profité de la situation. En fait, il était plutôt emprunté avec le sexe opposé et préférait rester à l’atelier avec ses enclumes et ses marteaux. Car son père lui avait appris le métier de forgeron. C’était une profession exigeante et douloureuse, il ne fallait pas ménager ses efforts, mais Hollinder aimait l’odeur du fer que l’on chauffe, il aimait tenir fermement la poignée d’une arme solide et élégante, il aimait surtout voir sortir des flammes une œuvre unique, fruit d’un dur labeur. Son métier était toute sa vie et il y excellait, surpassant même son maître et père.
Malgré son jeune âge, il était respecté et souvent écouté aux conseils du village. Sa tranquille sagesse, son amabilité à toute épreuve alliée à un charisme étonnant en faisaient un leader-né. Tel était Hollinder au sortir de l’enfance : un cadeau béni des Dieux pour ses parents emplis de fierté, mais aussi pour tout le village qui appréciait chacune de ses qualités exceptionnelles.
Hélas, ça devait être trop de faveurs pour un seul homme, car le Destin se chargea bien vite de corriger la chose. 
Il y avait au village une fille, LA fille, celle qui faisait tourner toutes les têtes, celle qui était jalousée et désirée. Blandine avait le cou élégant du cygne et la toison dorée comme les blés. Sa peau était de la nacre pure et ses yeux deux lacs aux eaux  profondes et changeantes. Oh oui, elle était belle Blandine, comme savent l’être les filles de par chez nous, robustes et délicates, innocentes et désirables, anges de candeur et diablesses au sang chaud.
Hollinder, qui avait toutes les filles à ses pieds, tous les meilleurs partis, toutes les plus jolies oies blanches, ne rêvait que de Blandine. Et Blandine, superbe et royale, l’ignorait purement et simplement. C’est que les filles les plus intéressantes le savent – qu’elles sont intéressantes – et savent en jouer.
Blandine savait jouer au jeu de la séduction, elle était experte. Attention, n’allez pas croire qu’elle était la dernière des gourgandines. Que nenni ! Elle était aussi pure qu’une rose immaculée dans la rosée du matin et la moralité la seyait comme un manteau ajusté sur mesure. Mais elle aimait qu’on l’aime. Etre l’attention du plus beau jeune homme du village flattait son ego et elle voulait être sûre qu’il l’aimait assez pour lui faire la cour malgré ses airs glaciaux.
Car Blandine aimait Hollinder, malgré une feinte indifférence, depuis son plus jeune âge. Elle s’était juré au plus secret de la nuit de n’épouser que lui. Mais elle commençait à s’agacer de la timidité du jeune homme. Elle voyait bien qu’il lui tournait autour et lui lançait des œillades à la dérobée.
Ce petit jeu durait depuis bien trop longtemps au goût de la jouvencelle enflammée. Elle décida de presser un peu le mouvement. Ce fut elle qui laissa tomber un billet aux pieds d’Hollinder. Ce fut elle qui lui donna ainsi rendez-vous à l’Arbre des Amours. Ce fut elle qui attendit impatiemment que le jeune indécis veuille bien prendre son courage à deux mains pour sortir la nuit en cachette retrouver l’audacieuse. Ce fut elle encore qui l’embrassa à pleine bouche et s’enfuit dans un rire guilleret. Ce fut elle enfin, qui, une semaine plus tard, demanda sa main à Hollinder.
Le pauvre jeune homme n’avait rien vu venir, il se croyait haï de la belle, ou tout du moins jugé inintéressant. Et voilà que son plus cher rêve s’exauçait. Les accordailles furent accueillies avec joie par tout le village : ils étaient tant assortis, à coup sûr leurs enfants seraient exceptionnels !
 
On fit tout dans les règles, comme la tradition l’exigeait, afin que le bonheur inonde l’hymen. On invita le seigneur, on lui offrit de célébrer l’union. C’était là les prérogatives du seigneur, bien sûr, mais il ne se déplaçait que pour les mariages qu’il jugeait dignes d’intérêt. Manifestement, cette union lui avait paru exceptionnelle et il vint au matin du mariage pour bénir les deux amoureux.
La fête dura toute la journée, le vin et l’hydromel coulèrent à flots, les rôtis et les ragoûts rassasièrent les convives et ravirent leurs papilles. Assurément, ce fut une belle fête où chacun s’amusa tout son soûl et les époux plus encore que les autres. Mais l’impatience commençait à les gagner et ils voulurent quitter la fête en catimini alors que la nuit était bien entamée, pour enfin consommer ce qu’ils n’avaient encore jamais goûté.
C’était sans compter sur le seigneur qui, serpent perfide, avait ri à la table des épousés, les avait congratulés et leur avait souhaité le meilleur pour leur vie future, alors qu’en son for il convoitait les formes généreuses de la mariée et fomentait un plan pour s’en délecter.
Voyant les tourtereaux tenter de s’envoler, il leva bien haut son gobelet et les héla avec sonorité, de sorte que tous ceux présents purent entendre ce qui fut dit :
« Hola, mes bons amis, il n’est guère courtois de partir ainsi sans même penser à me saluer. Je vous ai observés toute la journée et je puis dire sans mentir que je vous vois très amoureux l’un de l’autre. Cet amour me plaît et je veux l’honorer de mon illustre présence. Dans l’ancien temps, il était d’usage que le seigneur soit le premier, puis que le mari le suive. C’était ainsi, et c’était une belle tradition qui assurait prospérité au couple ainsi honoré. Je veux aujourd’hui vous honorer de la sorte, mes amis. Soyez bénis et vive la mariée ! »
A ses mots, les gens d’armes du seigneur s’emparèrent de Blandine. La pauvrette se débattit tant qu’elle put, mais elle n’était pas assez forte face à deux montagnes décérébrées. Hollinder, quant à lui, n’eut pas le temps d’intervenir tant ça lui semblait irréel. Le temps qu’il reprenne ses esprits et qu’il réalise l’ampleur de son malheur, Blandine était déjà seule avec le seigneur dans la chambre qu’on lui avait attribué au village. Le mari « honoré » réagit enfin au premier cri. Il courut jusqu’à la forge et s’arma du mieux qu’il put. Il chargea sans réfléchir, désireux de faire le plus de mal possible pour arriver jusqu’à Blandine. Hélas, il n’était que forgeron. Dans sa fureur, il parvint à blesser deux des gardes, mais il fut vite maîtrisé et ligoté. De là où il était, il put entendre les hurlements et les plaintes de sa douce, impuissant, ses blessures saignant bien moins que son cœur brisé.
La pauvre enfant, impétueuse et courageuse, ne pouvait pourtant pas faire grand-chose. Le seigneur était dans la force de l’âge et bien bâti, il eut tôt fait de vaincre toutes les résistances. Et il se délecta de ce mets de choix, pendant longtemps. On ne se souvient plus au village de la mine réjouie du seigneur quand il partit le lendemain matin. Mais on se souvient bien encore de la pauvrette couverte de bleus, son beau visage ravagé par des larmes douloureuses, ses yeux vidés de toute émotion et sa bouche tuméfiée aux plis amers. On se souvient aussi de l’attitude pénitente d’Hollinder, de cette culpabilité qu’il se mit à porter depuis ce jour-là pour ne jamais s’en défaire.
Oui, il n’était plus que le mari incapable de protéger sa jeune épousée, l’homme à l’honneur bafoué qui avait laissé sa femme aux mains souillées de l’infâme, le cocu au vu et au su de tous.
Les mois qui suivirent, vous vous en doutez, furent terribles. Le couple vivait des heures sombres. Blandine ne se remit jamais vraiment de l’outrage, ni Hollinder d’ailleurs. Depuis cette fatidique nuit, les époux n’avaient pas encore consommé leur hymen et déjà le ventre de la jeune femme s’arrondissait. Oui, Blandine avait été engrossée par le seigneur durant son droit de cuissage, et chacun le savait, mais tous le taisait. C’était le secret du village. Hollinder ne savait que faire pour plaire à sa femme et pour se faire pardonner son impuissance à la défendre. Il la cajolait, la traitait comme une reine, tentait toutes sortes d’approches. Mais Blandine jamais ne put pardonner ou oublier ce qui lui était arrivé. Elle ne put plus jamais sourire et l’étincelle de la vie avait définitivement déserté son regard. Elle accueillit le bébé dans l’indifférence, n’ayant à aucun moment de sa grossesse manifesté ni dégoût ni joie. C’était en fait comme si les émotions lui étaient désormais interdites, elle n’était plus qu’une coquille vide, sans âme. 
Quand l’enfant naquit, Hollinder l’adopta, l’aimant comme un père dès le premier regard, malgré sa conception monstrueuse. Car l’enfançon n’était pour rien dans cette histoire et n’était qu’un être innocent, une victime de plus du seigneur perfide.
L’enfant grandit, c’était un marmot gai et charmant, qui ressemblait beaucoup à sa mère avant le drame. Lui seul pouvait parfois tirer de Blandine un soupçon de sourire ou une miette d’éclat de rire. Hollinder l’aimait profondément et commençait à le former comme son père avant lui. Seulement, le seigneur avait eu vent de cet enfant, le seul de sa descendance qui lui fût connu. Voyant la maladie l’affaiblir de jour en jour et raccourcir insidieusement sa vie – ce n’était que justice de l’avis des villageois écœurés par ce bonhomme – il eut peur de mourir sans héritier pour prendre sa succession, insigne déshonneur pour cette vieille famille au sang bleu. Un bâtard ferait bien l’affaire pour remplir le rôle d’héritier, et il fit mander le garçonnet. 
Il fallut l’arracher des bras de sa mère, comme autrefois on arracha sa vertu. Hollinder ne put une fois de plus rien faire. Que pouvait bien faire un forgeron face à une dizaine d’hommes en armes ? C’en fut plus que Blandine ne pouvait supporter. Elle n’avait vécu que pour cet enfant finalement. Elle ne dit plus un mot de ce jour-là et s’effaça en silence du monde des vivants. Elle se laissa mourir et laissa Hollinder ruminer ses échecs et son impuissance.
On aurait pu croire que le fils d’Hollinder aurait la belle vie, c’est justement ce qui faisait tenir le forgeron. Mais il mourut jeune, victime d’un complot. Un cousin qui voulait l’héritage, une sombre histoire que je ne conterais pas aujourd’hui. 
A la mort de ce fils qu’il aimait toujours, qui était son dernier lien avec l’amour de sa vie, Hollinder s’enfonça dans les bois, il abandonna le commerce des hommes et vécut depuis lors comme un ermite, passant le temps à chasser et à perfectionner sa maîtrise des armes blanches. Si vous êtes une femme éperdue ou un enfant lésé, vous serez bienvenu à sa table, il pourra même vous aider si votre histoire le touche. Mais si vous êtes un riche seigneur, passez votre chemin, il pourrait vous en coûtez bien cher. Car Hollinder est désormais capable de se battre, et la mort, sa compagne, ne l’effraie pas. Il tue tous ceux qui lui rappellent un tant soit peu le seigneur qui brisa sa vie.

Margaux

Spoiler:
 

Fluffy-Pompom

Spoiler:
 

Kayweel

Spoiler:
 

lE Jour Vert
Spoiler:
 

Simon
Spoiler:
 

____________________________
Je suis géniale et Moshine est mon esclave:
 




Dernière édition par LadySquirrel le Mar 23 Juil 2013 - 0:00, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

Fluffy-Pompom
Plume errante
Féminin
Messages : 10334
Age : 21
Localisation : Devant son double latte ʕ ᵔᴥᵔ ʔ
Mar 2 Juil 2013 - 17:13MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      

Un très bon défi, j'aimerais y participer mais je ne sais pas si j'aurais le temps.. J’essaierai  

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

lE Jour Vert
Fan d'Amaz'SimsAndCo
Féminin
Messages : 142
Ven 5 Juil 2013 - 16:00MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      

Roh mais c'est génial ! Merci à tous !  

J'essaierai de faire quelque chose pour ce thème, mais je garantis rien...
Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

LadySquirrel
Folle noisette
Féminin
Messages : 50936
Age : 24
Localisation : Sur une plage de sable fin... ou pas.
Sam 6 Juil 2013 - 19:31MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      

Cool les filles.

Alors les autres, on est pas intéressés ?

____________________________
Je suis géniale et Moshine est mon esclave:
 


Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

Simon
Paparazzi
Masculin
Messages : 2122
Age : 23
Localisation : Sur la piste de danse, bébé
Sam 6 Juil 2013 - 20:03MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      

Moi je suis intéressé, j'ai écrit un brouillon (version papier) que je réécrirai à l'ordi avec quelques modifications. Smile
Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

Marky
Plume Souple
Masculin
Messages : 7257
Age : 18
Localisation : Ravenclaw's dormitory.
Sam 6 Juil 2013 - 20:07MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      

Je verrais par la suite mais ça m'intéresse assez Wink
Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

Bleuazur
Piment doux
Féminin
Messages : 14579
Localisation : Ailleurs ^^
Sam 6 Juil 2013 - 22:17MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      

Si je suis intéressée, mais je sais pas si je vais pouvoir. Si je puis me permettre : On est assez peu à participer, et les défis se succèdent vite, il me semble donc que c'est un peu beaucoup comme cadence. Si il y avait une vingtaine de participants qui tournent, ça irait, mais là on est à peine une dizaine, et donc il nous est impossible de participer à tous les défis d'où peut être le manque de participants.
Ou alors il faut allonger le temps de participation. Avec les vacances, là faudrait un bon bout de temps pour qu'on ait le temps de le faire. Et puis écrire sans inspiration, juste pour écrire, perso, je n'y arrive pas, du coup quand c'est trop rapproché, rien ne me vient.
Je ne sais pas ce qu'en pensent les autres participants, et peut être il aurait fallu que je poste ça dans "remarques et suggestions".

Cela dit, ce défi est génial, mais j'ai pas duuuu toouuut la tête à ça ces jours, et plein de choses IRL.

Voilou. Et merki.
Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

LadySquirrel
Folle noisette
Féminin
Messages : 50936
Age : 24
Localisation : Sur une plage de sable fin... ou pas.
Sam 6 Juil 2013 - 23:35MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      

Le défi est l'un de ceux qui marche le plus, on a eu parfois une dizaine de candidat en moins d'une semaine alors qu'on doit parfois attendre plus d'un mois pour n'avoir "que" deux participants sur d'autre défis. Si on donne un thème aussi rapidement, ce n'est que pour répondre à la "demande": quand on a beaucoup de participants en peu de temps, on ne va pas attendre trop longtemps avant de lancer les votes et il faut lancer un autre défi afin de ne pas perdre l’intérêt des gens. Tu remarqueras tout de même qu'on attend au moins une journée pour lancer un nouveau défi. Wink 

Il n'y a aucun délais en ce qui concerne les défis, vous avez tout le temps de participer, de faire ça à votre rythme et vous n’êtes en aucun cas obligé de participer à tous thèmes que se soient par manque de motivation ou de temps. Si nous "upons" les sujets, c'est simplement pour qu'ils ne meurent pas et savoir si le thème proposé vous intéresse.

Mais si vous trouvez que ça va trop "vite" on peut aussi ralentir le rythme. Mais pour ça alors, j'ai besoin de l'avis de tout le monde.

____________________________
Je suis géniale et Moshine est mon esclave:
 


Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

Bleuazur
Piment doux
Féminin
Messages : 14579
Localisation : Ailleurs ^^
Sam 6 Juil 2013 - 23:56MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      

Ok Lady, attendons, mais peut être que certains des participants habituels sont en vacances. Merci !
Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

Margaux
Écrivain
Féminin
Messages : 2536
Age : 21
Localisation : In réality ?
Lun 8 Juil 2013 - 17:37MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      

Le défi m'interresse beaucoup en général mais la le thème ne m'inspire pas du gout ! Je vais essayer quand même de faire quelque chose Smile
Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

Laureii
Génie Minion
Féminin
Messages : 1188
Age : 17
Localisation : Sous un parapluie.
Lun 8 Juil 2013 - 18:04MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      

Je vais peut-être essayer quelque chose, mais pas trop d'inspiration pour l'écriture ces derniers temps en général...
Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

lE Jour Vert
Fan d'Amaz'SimsAndCo
Féminin
Messages : 142
Lun 8 Juil 2013 - 19:37MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      

Mon texte est commencé, mais je sais pas si je pourrais le finir avant mercredi (peu de chance pour que je puisse continuer après)... J'essaierai de vous tenir au courant. Wink

Pour répondre à Lady, c'est vrai que j'apprécie que les thèmes soient donnés rapidement, mais deux ou trois jours entre chacun serait, pour moi, l'idéal. Assez pour se poser et regarder les autres défis sur le forum sans néanmoins attendre le prochain impatiemment. Après c'est vrai qu'il faudrait que les autres donnent aussi leur avis. Smile
Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

Bleuazur
Piment doux
Féminin
Messages : 14579
Localisation : Ailleurs ^^
Mer 10 Juil 2013 - 22:12MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      

Voilà ma participation :



Spoiler:
 


Dernière édition par Bleuazur le Mer 10 Juil 2013 - 22:52, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

Rapsplestiltskin
Auteure dyslexique
Féminin
Messages : 2017
Age : 17
Localisation : Dans ma tanière qui sent bon les bisounours.
Mer 10 Juil 2013 - 22:26MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      

Ton texte est très émouvant Bleue.

J'ai vu quelques fautes, mais elles sont peu nombreuses.
Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

Bleuazur
Piment doux
Féminin
Messages : 14579
Localisation : Ailleurs ^^
Mer 10 Juil 2013 - 22:33MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      

Merci, je vais relire du coup.
Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

Caroline
Admin espiègle
Féminin
Messages : 64908
Age : 34
Localisation : Dans un verre de bordeaux
Jeu 11 Juil 2013 - 16:50MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      

Merci pour ta participation Bleu.
Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

Isisaur
Aéro Pim's
Féminin
Messages : 19605
Age : 37
Localisation : En planque chez les Coco Ika en mousse !
Jeu 11 Juil 2013 - 18:48MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      

C'est magnifique, Bleu, très émouvant (j'en ai les larmes aux yeux). Tu écris vraiment très très bien.

Ma contribution au défi (attention, c'est un peu long, je me suis emballée...)

Spoiler:
 
 
C’est une bien triste histoire, en vérité. Tout commence il y a une trentaine d’années. L’individu était alors un jeune homme à qui tout souriait. Hollinder – c’est ainsi que ses parents le nommèrent – était à peine sorti de l’enfance, dix-sept printemps tout juste. Les filles étaient subjuguées par sa musculature développée et son air de tendre angelot. Il avait du succès mais n’avait jamais profité de la situation. En fait, il était plutôt emprunté avec le sexe opposé et préférait rester à l’atelier avec ses enclumes et ses marteaux. Car son père lui avait appris le métier de forgeron. C’était une profession exigeante et douloureuse, il ne fallait pas ménager ses efforts, mais Hollinder aimait l’odeur du fer que l’on chauffe, il aimait tenir fermement la poignée d’une arme solide et élégante, il aimait surtout voir sortir des flammes une œuvre unique, fruit d’un dur labeur. Son métier était toute sa vie et il y excellait, surpassant même son maître et père.
Malgré son jeune âge, il était respecté et souvent écouté aux conseils du village. Sa tranquille sagesse, son amabilité à toute épreuve alliée à un charisme étonnant en faisaient un leader-né. Tel était Hollinder au sortir de l’enfance : un cadeau béni des Dieux pour ses parents emplis de fierté, mais aussi pour tout le village qui appréciait chacune de ses qualités exceptionnelles.
Hélas, ça devait être trop de faveurs pour un seul homme, car le Destin se chargea bien vite de corriger la chose.
Il y avait au village une fille, LA fille, celle qui faisait tourner toutes les têtes, celle qui était jalousée et désirée. Blandine avait le cou élégant du cygne et la toison dorée comme les blés. Sa peau était de la nacre pure et ses yeux deux lacs aux eaux  profondes et changeantes. Oh oui, elle était belle Blandine, comme savent l’être les filles de par chez nous, robustes et délicates, innocentes et désirables, anges de candeur et diablesses au sang chaud.
Hollinder, qui avait toutes les filles à ses pieds, tous les meilleurs partis, toutes les plus jolies oies blanches, ne rêvait que de Blandine. Et Blandine, superbe et royale, l’ignorait purement et simplement. C’est que les filles les plus intéressantes le savent – qu’elles sont intéressantes – et savent en jouer.
Blandine savait jouer au jeu de la séduction, elle était experte. Attention, n’allez pas croire qu’elle était la dernière des gourgandines. Que nenni ! Elle était aussi pure qu’une rose immaculée dans la rosée du matin et la moralité la seyait comme un manteau ajusté sur mesure. Mais elle aimait qu’on l’aime. Etre l’attention du plus beau jeune homme du village flattait son ego et elle voulait être sûre qu’il l’aimait assez pour lui faire la cour malgré ses airs glaciaux.
Car Blandine aimait Hollinder, malgré une feinte indifférence, depuis son plus jeune âge. Elle s’était juré au plus secret de la nuit de n’épouser que lui. Mais elle commençait à s’agacer de la timidité du jeune homme. Elle voyait bien qu’il lui tournait autour et lui lançait des œillades à la dérobée.
Ce petit jeu durait depuis bien trop longtemps au goût de la jouvencelle enflammée. Elle décida de presser un peu le mouvement. Ce fut elle qui laissa tomber un billet aux pieds d’Hollinder. Ce fut elle qui lui donna ainsi rendez-vous à l’Arbre des Amours. Ce fut elle qui attendit impatiemment que le jeune indécis veuille bien prendre son courage à deux mains pour sortir la nuit en cachette retrouver l’audacieuse. Ce fut elle encore qui l’embrassa à pleine bouche et s’enfuit dans un rire guilleret. Ce fut elle enfin, qui, une semaine plus tard, demanda sa main à Hollinder.
Le pauvre jeune homme n’avait rien vu venir, il se croyait haï de la belle, ou tout du moins jugé inintéressant. Et voilà que son plus cher rêve s’exauçait. Les accordailles furent accueillies avec joie par tout le village : ils étaient tant assortis, à coup sûr leurs enfants seraient exceptionnels !
 
On fit tout dans les règles, comme la tradition l’exigeait, afin que le bonheur inonde l’hymen. On invita le seigneur, on lui offrit de célébrer l’union. C’était là les prérogatives du seigneur, bien sûr, mais il ne se déplaçait que pour les mariages qu’il jugeait dignes d’intérêt. Manifestement, cette union lui avait paru exceptionnelle et il vint au matin du mariage pour bénir les deux amoureux.
La fête dura toute la journée, le vin et l’hydromel coulèrent à flots, les rôtis et les ragoûts rassasièrent les convives et ravirent leurs papilles. Assurément, ce fut une belle fête où chacun s’amusa tout son soûl et les époux plus encore que les autres. Mais l’impatience commençait à les gagner et ils voulurent quitter la fête en catimini alors que la nuit était bien entamée, pour enfin consommer ce qu’ils n’avaient encore jamais goûté.
C’était sans compter sur le seigneur qui, serpent perfide, avait ri à la table des épousés, les avait congratulés et leur avait souhaité le meilleur pour leur vie future, alors qu’en son for il convoitait les formes généreuses de la mariée et fomentait un plan pour s’en délecter.
Voyant les tourtereaux tenter de s’envoler, il leva bien haut son gobelet et les héla avec sonorité, de sorte que tous ceux présents purent entendre ce qui fut dit :
« Hola, mes bons amis, il n’est guère courtois de partir ainsi sans même penser à me saluer. Je vous ai observés toute la journée et je puis dire sans mentir que je vous vois très amoureux l’un de l’autre. Cet amour me plaît et je veux l’honorer de mon illustre présence. Dans l’ancien temps, il était d’usage que le seigneur soit le premier, puis que le mari le suive. C’était ainsi, et c’était une belle tradition qui assurait prospérité au couple ainsi honoré. Je veux aujourd’hui vous honorer de la sorte, mes amis. Soyez bénis et vive la mariée ! »
A ses mots, les gens d’armes du seigneur s’emparèrent de Blandine. La pauvrette se débattit tant qu’elle put, mais elle n’était pas assez forte face à deux montagnes décérébrées. Hollinder, quant à lui, n’eut pas le temps d’intervenir tant ça lui semblait irréel. Le temps qu’il reprenne ses esprits et qu’il réalise l’ampleur de son malheur, Blandine était déjà seule avec le seigneur dans la chambre qu’on lui avait attribué au village. Le mari « honoré » réagit enfin au premier cri. Il courut jusqu’à la forge et s’arma du mieux qu’il put. Il chargea sans réfléchir, désireux de faire le plus de mal possible pour arriver jusqu’à Blandine. Hélas, il n’était que forgeron. Dans sa fureur, il parvint à blesser deux des gardes, mais il fut vite maîtrisé et ligoté. De là où il était, il put entendre les hurlements et les plaintes de sa douce, impuissant, ses blessures saignant bien moins que son cœur brisé.
La pauvre enfant, impétueuse et courageuse, ne pouvait pourtant pas faire grand-chose. Le seigneur était dans la force de l’âge et bien bâti, il eut tôt fait de vaincre toutes les résistances. Et il se délecta de ce mets de choix, pendant longtemps. On ne se souvient plus au village de la mine réjouie du seigneur quand il partit le lendemain matin. Mais on se souvient bien encore de la pauvrette couverte de bleus, son beau visage ravagé par des larmes douloureuses, ses yeux vidés de toute émotion et sa bouche tuméfiée aux plis amers. On se souvient aussi de l’attitude pénitente d’Hollinder, de cette culpabilité qu’il se mit à porter depuis ce jour-là pour ne jamais s’en défaire.
Oui, il n’était plus que le mari incapable de protéger sa jeune épousée, l’homme à l’honneur bafoué qui avait laissé sa femme aux mains souillées de l’infâme, le cocu au vu et au su de tous.
Les mois qui suivirent, vous vous en doutez, furent terribles. Le couple vivait des heures sombres. Blandine ne se remit jamais vraiment de l’outrage, ni Hollinder d’ailleurs. Depuis cette fatidique nuit, les époux n’avaient pas encore consommé leur hymen et déjà le ventre de la jeune femme s’arrondissait. Oui, Blandine avait été engrossée par le seigneur durant son droit de cuissage, et chacun le savait, mais tous le taisait. C’était le secret du village. Hollinder ne savait que faire pour plaire à sa femme et pour se faire pardonner son impuissance à la défendre. Il la cajolait, la traitait comme une reine, tentait toutes sortes d’approches. Mais Blandine jamais ne put pardonner ou oublier ce qui lui était arrivé. Elle ne put plus jamais sourire et l’étincelle de la vie avait définitivement déserté son regard. Elle accueillit le bébé dans l’indifférence, n’ayant à aucun moment de sa grossesse manifesté ni dégoût ni joie. C’était en fait comme si les émotions lui étaient désormais interdites, elle n’était plus qu’une coquille vide, sans âme.
Quand l’enfant naquit, Hollinder l’adopta, l’aimant comme un père dès le premier regard, malgré sa conception monstrueuse. Car l’enfançon n’était pour rien dans cette histoire et n’était qu’un être innocent, une victime de plus du seigneur perfide.
L’enfant grandit, c’était un marmot gai et charmant, qui ressemblait beaucoup à sa mère avant le drame. Lui seul pouvait parfois tirer de Blandine un soupçon de sourire ou une miette d’éclat de rire. Hollinder l’aimait profondément et commençait à le former comme son père avant lui. Seulement, le seigneur avait eu vent de cet enfant, le seul de sa descendance qui lui fût connu. Voyant la maladie l’affaiblir de jour en jour et raccourcir insidieusement sa vie – ce n’était que justice de l’avis des villageois écœurés par ce bonhomme – il eut peur de mourir sans héritier pour prendre sa succession, insigne déshonneur pour cette vieille famille au sang bleu. Un bâtard ferait bien l’affaire pour remplir le rôle d’héritier, et il fit mander le garçonnet.
Il fallut l’arracher des bras de sa mère, comme autrefois on arracha sa vertu. Hollinder ne put une fois de plus rien faire. Que pouvait bien faire un forgeron face à une dizaine d’hommes en armes ? C’en fut plus que Blandine ne pouvait supporter. Elle n’avait vécu que pour cet enfant finalement. Elle ne dit plus un mot de ce jour-là et s’effaça en silence du monde des vivants. Elle se laissa mourir et laissa Hollinder ruminer ses échecs et son impuissance.
On aurait pu croire que le fils d’Hollinder aurait la belle vie, c’est justement ce qui faisait tenir le forgeron. Mais il mourut jeune, victime d’un complot. Un cousin qui voulait l’héritage, une sombre histoire que je ne conterais pas aujourd’hui.
A la mort de ce fils qu’il aimait toujours, qui était son dernier lien avec l’amour de sa vie, Hollinder s’enfonça dans les bois, il abandonna le commerce des hommes et vécut depuis lors comme un ermite, passant le temps à chasser et à perfectionner sa maîtrise des armes blanches. Si vous êtes une femme éperdue ou un enfant lésé, vous serez bienvenu à sa table, il pourra même vous aider si votre histoire le touche. Mais si vous êtes un riche seigneur, passez votre chemin, il pourrait vous en coûtez bien cher. Car Hollinder est désormais capable de se battre, et la mort, sa compagne, ne l’effraie pas. Il tue tous ceux qui lui rappellent un tant soit peu le seigneur qui brisa sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

Bleuazur
Piment doux
Féminin
Messages : 14579
Localisation : Ailleurs ^^
Jeu 11 Juil 2013 - 19:00MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      

Merci Isis. Ton histoire est magnifique, ça m'a fait snif aussi ...
Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

Margaux
Écrivain
Féminin
Messages : 2536
Age : 21
Localisation : In réality ?
Ven 12 Juil 2013 - 1:56MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      

Voici ma participation au défi :p

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
       
avatar

Fluffy-Pompom
Plume errante
Féminin
Messages : 10334
Age : 21
Localisation : Devant son double latte ʕ ᵔᴥᵔ ʔ
Ven 12 Juil 2013 - 16:41MessageSujet: Re: [Défi clos] Défi écriture                      

Voilà ma participation.

Spoiler:
 

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
       

[Défi clos] Défi écriture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Résolu]Possibilité d'écriture en italique
» *lettre simple, à écriture rouge sang sur fond noir* Chers Gardes.
» Verticale Clos des Papes etc.
» Clos de Tart 1999
» Vitesse d'écriture au clavier
Page 8 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amaz'SimsAndCo  :: Le Coin des Compétiteurs :: Les Défis des égéries-